Il était une fois ARVILLERS

Les origines du nom

Le nom d'ARVILLERS date de 1673, et n'a pratiquement pas changé depuis.
Les anciennes formes du nom ont été successivement:

  • Argovillaris
    (argo = argile; villaris = relatif à la maison des champs)
  • Arviler
  • Harviller (1184)
  • Ursivillarensis
    (ursi = ours ou pressé, tassé  villarensis = maisons entourées)
  • Ursivillare (1185)
  • Ursivilla
  • Arvileir
  • Arviller (1223)
  • Arcovillaris (1257)
    (arco = arche ou nom d'homme; villaris = maisons ou villas)
  • Arviler
  • Arviler en Santers (1394)
    Le nom Santerre apparaît. Il peut avoir deux sens:
    sang / terre = terre rouge (argile), ou plutôt sana / terra = terre saine.
  • Arvillier
  • ARVILLERS en 1673
  • Erviller
  • Arviver
  • Harvillers

Le nom du village a été transformé au fil des ans et des événements.
Sa signification serait: «Repaire de l'ours» ou «Ville fortifiée».




Résumé

Les nombreuses pierres taillées et pierres polies trouvées par les enfants des écoles témoignent du riche passé de notre commune.
On a retrouvé au lieu dit Prunierval, hameau situé entre ARVILLERS et SAULCHOY, à 1,50 rn de profondeur des tuiles romaines, des sarcophages et une pièce de monnaie de l'effigie de Jules César. La grande voie romaine de Lyon à Boulogne dite Chaussée Brunehaut passait à 1 km du village.
Il ne reste aucun souvenir des époques mérovingiennes et carolingiennes. Sans doute Arvillers eut a souffrir des ravages des Normands que le roi Eudes attaqua sans succès à Guerbigny.
De bonne heure, Arvillers a ses seigneurs et sa forteresse. Parmi ces seigneurs, il faut citer les noms de Raoul d'Arvillers en 1219, Guy des Préaux ou des Près, seigneur par sa femme Jeanne d'Arvillers en 1363 et Charles de Flavy en 1425.
Cette seigneurie a, pendant plus d'un siècle, et à partir de 1556, appartenue aux ducs de Montmorency et de Bourbon. Pendant la guerre de Cent ans, en 1417, le château fut occupé par les Anglais qui ravagèrent le voisinage. Jean de Luxembourg les cerna et les força à se rendre.
Plus tard, après avoir été agité par les troubles de la Ligue, le pays eut encore à souffrir des invasions espagnoles. En août 1653 en levant le camp de Guerbigny, les Espagnols, sous les ordres de Condé, brûlèrent plusieurs maisons et l'église pour se venger du massacre de quelques pillards.
Nous n'avons pas de renseignement sur ce qui s'est passé à Arvillers pendant la Révolution.
Dès 1824, on a constaté l'existence d'une école.
En 1870, les Prussiens marchant sur Amiens occupèrent Arvillers.
Lors de la Première Guerre Mondiale, le village a été bombardé et les civils ont dû être évacués.
En janvier 1965, la commune d'Arvillers est devenue ARVILLERS - SAULCHOY par arrêté préfectoral. La fusion des Communes d'Arvillers et Saulchoy-sous-Davenescourt a agrandi le terroir de 46 ha de bois, de 259 ha de terres et 30 ha de friches et a permis la réalisation de la route de Saulchoy (4,5 kilomètres), avec des subventions importantes de l'Etat et du Département.

Françoise Hénon.




Origines

Temps préhistoriques.

Antiquité gauloise et gallo-romaine.

hache Époque de la pierre taillée.
    Les nombreuses pierres(taillées et polies) trouvées dans les champs, témoignent du riche passé de notre commune.
L’homme de cette époque se servait de silex éclatés et vivait surtout de pêche et de chasse, sur les plateaux, à proximité des rives de cours d’eaux ou de sources, au milieu d’animaux tels les mammouths, les rhinocéros, les rennes…
Certains silex portent des traces de gravures très frustes, mais indéniables, d’où un art grossier chez l’homme préhistorique

Près de Peronne, à Flamicourt(80): menhir de la Pierre-Fiche de Gargantua Époque de la pierre polie.
    A cette époque, l’homme vivait souvent dans des grottes (on en a trouvé à Boves). Agriculteur, il cultivait le froment, l’orge et le millet, et il utilisait le chien, le cheval et le mouton.
Les morts étaient ensevelis dans des dolmens (pierres assemblées recouvertes de terre). On en a retrouvé à Hangard près de Démuin.
D’autres pierres, les menhirs (pierres levées), dont on ne connaît pas la destination, ont été découvertes sur notre terre (restes de menhirs : hautes bornes – grandes bornes – grosses bornes… trouvées tout près d’Arvillers : la « borne Saint-Eloi » à Vrély, lieu-dit « la borne barbue » à Arvillers). 

Époque gauloise. (suite)
    Peu à peu, la pierre est remplacée par le métal, venu d’Orient, comme en témoignent les haches diverses, les courtes épées, les boucles trouvées dans le sol picard.
Les Ligures, qui habitaient la région, sont chassés par les Celtes (7 siècles avant J.C.) que suivent les Belges. Ces derniers s’établissent au nord de la Seine (41 cités). On ne sait s’ils sont Celtes ou Germains.
Provinces de la Gaule

Ils vivent dans de petites huttes circulaires faites de branchages tressés et recouvertes de torchis, au milieu de vastes clairières et de forêts profondes.
La cité des Belges, Ambiens (capitale Samarobrive, « pont sur la Somme » = l’ancien Amiens) occupe l’actuel département de la Somme. Les Bellovaques (capitale Beauvais) forment une cité qui s’étend jusqu’à Roye. Arvillers appartenait donc à la première cité.


lierre
lierre
à suivre...